La Gestalt - une définition 

La gestalt-thérapie fut fondée par Fritz Perls en 1951 (en coopération notamment avec Laura Perls et Paul Goodman). Disciple puis s'étant éloigné de Freud, il poursuivit son oeuvre aux USA 

 A l'origine, le verbe allemand gestalten signifie "mettre en forme, organiser de façon structurante"

La gestalt se base sur le postulat que pour comprendre une situation, il convient de la situer dans son contexte global. C'est en cela une thérapie systémique, prenant en compte le fait que chacun est un organisme vivant dans un environnement et que nous ne sommes pas dissociables de celui-ci. 

 Une des spécificités de la Gestalt-thérapie est la posture du praticien, qui outre sa bienveillance, s'implique dans l'échange avec le patient. Le praticien émet notamment des reflets empathiques authentiques (et dénués de jugement) tels que "ce que vous me dites me touche, me rend triste" afin de renvoyer le patient à ses propres ressentis. Le cadre thérapeutique est ainsi défini comme un espace de réparation de la relation

 La gestalt s'appuie sur l'expérience présente (ici et maintenant) qui englobe la résurgence éventuelle d'un vécu ancien et prend en compte l'individu dans son ensemble (notamment ressenti émotionnel et corporel, dimension affective, sociale, spirituelle ...).

 Il est question d'une prise de conscience globale de notre mode de fonctionnement (avec l'idée de s'accepter tel que l'on est avant de vouloir changer), de nos processus d'ajustements créatifs à l'environnement (intégrer l'importance de l'ici et maintenant, pour éviter de rejouer des réflexes aliénants du passé

 Cette discipline est centrée sur le comment : comment je suis, comment je me sens (en s'axant plus sur l'affect, notamment par le prisme des ressentis du corps et pas seulement par l'abord de la pensée)

 Le travail thérapeutique consiste notamment à redonner au patient une liberté de choix d'action, en apprenant à considérer chaque moment de notre vie comme une page blanche

  Souvent nommée "thérapie du contact" (Serge Ginger), la Gestalt est la recherche de la satisfaction de nos besoins dans la relation. Il s'agit d'être présent pour nourrir la relation en prenant soin de soi et de l'autre, dans une quête de justesse 

 L'objectif est donc que le patient recouvre sa capacité à choisir ses interactions, à organiser ses expériences de contact et être par exemple capable d'interrompre les relations si elles ne sont pas justes avec lui-même (relations "toxiques")  

 La stratégie thérapeutique passe par la prise de conscience de la situation, l'exploration des croyances et pensées puis la mobilisation de nouvelles ressources pour créer de nouvelles croyances adaptées à l'ici et maintenant 

Lorsque des évènements anciens (traumatiques ou vécus comme tels), empêchent de se sentir bien au présent, le concept de "gestalts inachevées" (une gestalt étant une relation, un processus) permet de revisiter le passé et d'effectuer une véritable réparation. 

Les évènements non digérés du passé sont non seulement des dossiers ouverts qui prennent de l’énergie, mais aussi viennent polluer le présent en faisant revivre dans des situations similaires la façon dont on a vécu un évènement et comment on l'a intégré (sentiment d'être un enfant sans défense dans une situation de conflit avec une autorité, sans se sentir capable d'exprimer telle ou telle émotion, par exemple).

Le travail en thérapie permet d'achever cette gestalt de façon symbolique afin de se libérer de ce mode d'action réflexe et anachronique qui subsistait à chaque fois que l'on se retrouvait dans une situation similaire. 

A noter : le terme de relation dépasse ici la relation à autrui et inclut la relation que l'on a avec soi-même (confiance en soi, estime de soi), mais aussi les relations avec des éléments tels que la nourriture, l'alcool, l'argent et toutes formes de consommation 

Consulter